Accueil » Ville de culture » Histoire du village » Le Bourg-Dun au fil des siècles

Le Bourg-Dun au fil des siècles

Le XIIe et le XIIIe  siècle : période de prospérité

Bien situé dans l'axe Dieppe-Fécamp, le village bénéficie de la croissance économique de la seconde moitié  du XIIe et du XIIIe siècle. La région connaît alors une période de relative tranquillité au cours de laquelle on peut noter un accroissement de la population et la réalisation de travaux d’embellissement du patrimoine bâti de la commune, notamment le patrimoine religieux. A titre d’exemple, l’église Notre-Dame du Bourg-Dun a subi divers aménagements. Ainsi, au XIIème siècle, la nef est reconstruite en style gothique, et le bas-côté Sud est élargi, avec voûtes d’ogives. Au XIIIème siècle, le chœur de l’église est allongé avec un chevet plat. Enfin, la tour centrale est reconstruite.

La guerre de Cent Ans et les épidémies

Cependant, la grande peste de 1348, la guerre de Cent Ans et ses conséquences, notamment l'arrêt des exportations de blé et de toiles, entraînent le déclin progressif des activités du Bourg-Dun.

Le XVIe siècle marque un retour de la prospérité de ce village dont les nouveaux possesseurs de terres construisent fermes et manoirs à pans de bois.

 

Le Bourg-Dun : Chef-lieu de canton

Au moment de la Révolution, et ce, jusqu’à la loi en date du 28 pluviôse de l’an VIII (17 février 1800), le Bourg-Dun devient chef-lieu de canton. Le canton du Bourg-Dun comptabilise alors 21 communes dont Avremesnil, Flainville, Luneray, ou bien encore Saint-Laurent-Prieuré, pour n’en citer que quelques unes. Depuis cette date, Le Bourg-Dun fait partie du canton de la commune d’Offranville.

La disparition de l'activité textile

La fin du XIXe siècle correspond pour la commune à un fort ralentissement de l'activité de tissage à domicile.

Jusqu’alors, la principale activité économique du Bourg-Dun était l’activité textile. Cependant, on assiste peu-à-peu à la disparition des fileuses, fortement concurrencées par les filatures industrielles. Ensuite, les tisserands vont subir de plein fouet le développement des tissages mécaniques dans les usines. La main-d’œuvre artisanale ne peut se maintenir face aux progrès liés à l’industrialisation.

La population diminue alors rapidement, passant de 1059 habitants en 1876 à 584 en 1901.

Dès lors, on assiste à une véritable mutation de l’activité économique du Bourg-Dun. En effet, l’agriculture, qui ne représentait que 30% de l’activité économique en 1841, devient la principale activité quelques années plus tard. On peut ainsi considérer que le Bourg-Dun devient à cette date une commune rurale.


 

Venir au Bourg-Dun en Normandie

Tourisme, Hébergement & Activités